Quarante cinq ans que les aléas de l'histoire ont poussé les Juifs d'Algérie vers la France.

Dans la musique arabe, les Juifs s'étaient taillés une place de choix. Et on n'a toujours pas oublié Salima Murad, "pacha", Leila Mourad l'Egyptienne, Raoul Journo le Tunisien, Zohra el Fassiya la Marocaine et tant d'Algériens: Alice Fitoussi, Simone Tamar, Cheikh Raymond Leyris, Cheikh Zouzou, etc.


Curieusement, les Juifs Algériens se sont imposés dans deux styles : le styleclassique arabo-andalou, dont Edmond Yafil note les noubas sur partition, etles essais de modernisation, à base de rumbas, de paso-dobles, comme Salim Hilali et le "maalem" Lili L'Abassi en ont commis.

Luc Cherki est en France depuis quarante cinq ans, et, le gris de l'eau de la Seine remplaçant le bleu de la Méditerranée, sa musique s'est frottée à la musique de variété qu'on écoute ici...


Il va nous raconter un peu de sa jeunesse dans l'Alger cosmopolite des annéescinquante, les maitres qu'il a connus, à commencer par celui dont il fut le disciple Aabdelghani Belkaid, le grand el Hadj Mohammed el Anka qui l'honora deson amitié, et les artistes avec qui il a joué : Reinette l'Oranaise, Mustafa Skandrani, Aabdelghani Belkaid...

Et nous nous laisserons bercer par cette voix sincère, en rêvant à la façon dont les cultures se mélent.